cialis daily use buy viagra what is sildenafil viagra effects causes of ed viagra online buy levitra canadian pharmacy cialis viagra without a prescription cost of cialis viagra coupons viagra without a prescription cheap generic viagra generic cialis reviews cialis free trial cialis from canada purchase viagra online purchase viagra online viagra price what is sildenafil cialis cost cialis 20 mg tadalafil cialis coupon vigara viagra alternatives buy generic cialis cialis online pharmacy ed treatment review free viagra trial natural ed remedies viagra price canadian pharmacy viagra ed treatment review levitra side effects price of viagra women viagra ed treatments ed drugs medication interactions cialis 5 mg order viagra online blue pills blue pill cialis dose cheap cialis online natural cures for ed buy levitra online free cialis womens viagra buy generic viagra viagra overdose buy generic viagra online natural viagra cialis without prescription cialis 10mg new ed drugs order viagra online generic viagra canada cialis voucher

Monaco at UN

viagra samples cheapest viagra cheap generic cialis purchase viagra buying viagra online free viagra samples discount cialis pfizer viagra online real viagra online cialis for daily use viagra 50mg kamagra viagra prices cialis voucher cialis 20 mg cialis 10mg buying cialis online otc viagra online prescription drugs viagra professional sildenafil citrate online what does viagra do online pharmacy viagra sildenafil citrate 100mg viagra canadian pharmacy viagra free samples how to buy viagra viagra prescription where to buy cialis cialis pill otc viagra prescription drugs online cialis on line purchase viagra online medication interactions viagra canada viagra 100 mg canada viagra daily cialis ed drugs price of viagra generic viagra canada cialis for sale viagra free sample cialis dosage cialas cheap cialis free cialis buying cialis online viagra from india cost of cialis free viagra trial viagra free trial pfizer viagra effects of viagra cheap cialis viagra dosage medication search where to buy viagra cialis 5mg

English   

Discours

Intervention de S.E.M. Franck Biancheri lors du Débat général de la 63ème session de l'Assemblée générale


Copyright United Nations Department of Public Information

27 septembre 2008

Video en Français

Monsieur le Président, Monsieur le Secrétaire Général, Excellences, Mesdames, Messieurs,

Permettez-moi, Monsieur le Président, de vous adresser mes félicitations pour votre élection et de saluer, à travers vous, les Etats d'Amérique latine et des Caraïbes qui vous ont porté à la tête de cette noble Assemblée. Je tiens à vous assurer, ainsi qu'aux Membres du Bureau, du soutien de notre Délégation tout au long de cette 63ème Assemblée générale.

Je souhaite également remercier le Secrétaire général pour son action résolue en faveur de la paix et lui renouveler notre appui sincère et entier.

Permettez-moi enfin de vous dire que c'est pour moi un grand honneur de m'exprimer, aujourd'hui, pour la première fois, à la tribune de cette prestigieuse enceinte.

Monsieur le Président,

Le grand et regretté poète Aimé Césaire a dit un jour « Une civilisation qui s'avère incapable de résoudre les problèmes que suscite son fonctionnement est une civilisation décadente ».

Les souffrances de notre civilisation, nous les connaissons. Les solutions à ces maux, nous les avons identifiées. Mais tout le problème réside dans la mise en Suvre de ces solutions.

Il y a huit ans, ici-même, tous les États Membres des Nations Unies ont adopté la Déclaration du Millénaire, instrument décisif pour la lutte contre la pauvreté, pour la paix et la sécurité, les droits de l'homme et la garantie d'un environnement durable. Elle est le cadre de huit objectifs précis, assortis de délais : les Objectifs du Millénaire en matière de Développement.

Le message que je souhaite aujourd'hui vous adresser est simple : la communauté internationale ne peut se permettre d'échouer dans la réalisation des OMD, et ce malgré la triple crise alimentaire, énergétique et environnementale qui touche sévèrement l'ensemble de la planète. Pour atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés à l'aube du nouveau Millénaire, il nous faudra redoubler d'efforts et poursuivre notre action concertée dans le seul cadre universel qui existe, celui des Nations Unies.

Monsieur le Président,

Cela fait déjà huit ans que nous avons élaboré, ensemble, un tableau de bord, avec des objectifs chiffrés. Nous avons défini les étapes à suivre pour réduire la pauvreté, lutter contre la faim dans le monde et combattre les pandémies. Il y a huit ans, la situation était jugée très alarmante. Nous ne pouvions imaginer qu'elle allait empirer. Depuis, ont éclaté la crise énergétique avec la raréfaction de nos ressources, la crise alimentaire avec la hausse fulgurante du prix des denrées alimentaires de première nécessité et la crise climatique résultant de l'impact de l'activité humaine sur l'environnement. Ajoutons à ce tableau déjà bien noir la crise financière dont les répercussions ne cessent de se faire sentir et qui n'a même pas encore produit tous ses effets.

Chaque pays subit les conséquences de ces crises, de manière différenciée selon sa géographie, son économie, son ouverture commerciale et financière. Et chaque pays tente, avec ses moyens, d'y faire face. La Principauté de Monaco, à sa mesure, a choisi de s'atteler à lutter, avec les ressources dont elle dispose, contre deux de ces crises : la crise alimentaire et la crise climatique.

Nombre des progrès accomplis ces dernières années pour aider les populations souffrant de la faim et de la malnutrition ont été anéantis par la très forte hausse du prix des denrées alimentaires de première nécessité. Deux milliards d'être humains sont gravement menacés, alors que la production céréalière du monde a atteint un niveau record en 2008 ! Le continent africain, et notamment l'Afrique sub-saharienne, avec 60% de sa population touchée par cette crise, est une nouvelle fois le continent le plus affecté. Il reste pourtant incontestable que le droit à l'alimentation fait partie des droits élémentaires de l'être humain. En juin dernier, lors de la Conférence de haut niveau qui s'est tenue à Rome, la communauté internationale a adopté la « Déclaration sur la sécurité alimentaire mondiale : les défis du changement climatique et des bioénergies ». Monaco soutient pleinement les mesures préconisées. Monaco se joint également à l'appel en faveur de la constitution d'un Partenariat mondial autour de l'Equipe spéciale de haut niveau.

S.A.S. le Prince Albert II annonçait ici même, il y a un an, Sa décision d'augmenter significativement l'Aide Publique au Développement. Le Gouvernement Princier met tout en Suvre pour atteindre l'objectif des 0,7% du RNB en 2015, grâce à une hausse annuelle de 25% de notre APD et en ciblant notre action sur les pays les moins avancés. En 2008, ce sont ainsi 22 pays qui bénéficient d'un partenariat au développement avec la Principauté, situés majoritairement autour du bassin méditerranéen et en Afrique sub-saharienne. Outre ces coopérations bilatérales, Monaco contribue régulièrement à des programmes d'envergure menés par des organisations du système onusien telles que le PAM, l'UNICEF, l'OMS, le PNUD et le FNUAP, dont l'expertise et les structures permettent de secourir aux mieux les populations les plus démunies.

Par ailleurs, le changement climatique et les dérèglements qu'il provoque ont un impact direct sur la durabilité de nos actions en faveur du développement. La crise climatique, la désertification, la raréfaction des ressources en eau sont autant de causes qui ont aggravé la crise alimentaire. Antoine de St Exupéry disait « Nous n'héritons pas la terre de nos parents, nous l'empruntons à nos enfants ». Et - pour reprendre cette analogie - la communauté internationale ne verse pas les fonds nécessaires au remboursement de cet emprunt.

Le Gouvernement Princier, sous l'impulsion de notre Souverain, et en collaboration avec la Fondation Albert II, s'est beaucoup investi, dans le cadre de l'Année polaire internationale, pour attirer l'attention du plus grand nombre sur les conséquences du réchauffement climatique. La banquise arctique mérite à ce titre toute notre attention puisqu'elle est à la fois un témoin du réchauffement climatique et un acteur du changement climatique de par sa disparition progressive.

L'an passé, en adoptant la résolution sur les océans et le droit de la mer, les Etats membres se sont déclarés « fortement préoccupés par la vulnérabilité de l'environnement et la fragilité des écosystèmes des régions polaires, notamment l'océan Arctique et la calotte glaciaire arctique ». C'est également à l'initiative de Monaco, qu'une décision sur le développement durable de la région Arctique a été adoptée lors de la 10ème session extraordinaire du Conseil d'administration du PNUE, qui s'est tenue en Principauté de Monaco, en février 2008.

Nous poursuivrons notre engagement en faveur de cette cause dans les prochains mois en accueillant à Monaco deux réunions sur l'Arctique: l'une en novembre 2008, organisée par la présidence française de l'Union européenne, et l'autre organisée par l'UNESCO en début d'année prochaine. Enfin, je souhaiterais mentionner que la Principauté a solennellement confirmé son intérêt pour les régions polaires en adhérant au Traité sur l'Antarctique le 31 mai dernier et que S.A.S. le Prince Albert II effectuera une mission scientifique en Antarctique en janvier prochain.

Monsieur le Président,

Ce n'est pas parce que la voie tracée en l'an 2000 a été semée d'embûches, qu'il faut choisir une autre route. Au contraire, retroussons nos manches, concertons-nous et travaillons ensemble pour multiplier nos forces et créer de véritables synergies.

Je souhaiterais ici réitérer le profond attachement de la Principauté de Monaco aux Nations Unies, seule organisation véritablement universelle, qui place au centre de son fonctionnement les Droits de l'Homme et le dialogue entre les nations. La Charte des Nations Unies est garante de l'égale souveraineté des pays et du respect du droit. Voilà quinze ans que Monaco est membre des Nations Unies. Depuis, notre petite Principauté a parcouru beaucoup de chemin sur la scène internationale, notamment en rejoignant le Conseil de l'Europe en 2004et en devenant membre de l'Union pour la Méditerranée tout dernièrement.

Sans les Nations Unies, on peut douter que les droits de l'Homme auraient acquis leur portée universelle, aujourd'hui indiscutable. Plusieurs anniversaires nous rappellent, cette année encore, le rôle essentiel de l'ONU : 60ème anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l'Homme, 50ème anniversaire de la Déclaration des droits de l'enfant et 20ème anniversaire de la Convention relative aux droits de l'enfant.

Le monde a changé depuis la Conférence de San Francisco. Il faut aujourd'hui veiller à la modernisation des Nations Unies et à l'adéquation de ses institutions avec nos principes démocratiques et les nouveaux équilibres géopolitiques. Ainsi que l'avait annoncé S.A.S. le Prince Albert II, ici-même l'an dernier, Monaco soutient le processus d'élargissement du Conseil de sécurité.

Monsieur le Président,

Seuls les efforts combinés de tous les partenaires permettront de faire de réels progrès dans la lutte contre la pauvreté, la promotion de la santé et de l'éducation, l'adduction d'eau potable et la protection de l'environnement. Comme l'indiquent les Recommandations du Groupe de pilotage pour la réalisation des OMD en Afrique de juin 2008, « la responsabilité d'atteindre les OMD incombe au premier chef aux gouvernements des pays africains, qui ont, ces dernières années, fait preuve d'une volonté résolue » et qui mettent en place d'ambitieux programmes, susceptibles de bénéficier du concours financier des pays partenaires de l'aide.

Depuis l'an 2000, on a pu enregistrer de véritables progrès, notamment en matière de santé. Monaco, pour sa part, participe à différents programmes de l'OMS et de l'UNICEF, et Suvre pour lutter contre le VIH/SIDA, la drépanocytose, la tuberculose et le paludisme.

Mais les plus grands efforts nationaux, s'ils sont fournis de manière individuelle et non concertée, ne parviendront pas à lutter seuls contre les fléaux qui frappent notre planète, et en particulier le continent africain.

L'évaluation des politiques d'aide publique, l'échange de bonnes pratiques, la complémentarité d'actions d'aide au développement, le partenariat avec le privé, la micro finance, la recherche de sources alternatives de revenu sont autant d'instruments qui, assortis à la priorité à accorder au rôle central des femmes dans l'économie, nous permettront d'atteindre, dans sept ans, les Objectifs du Millénaire pour le Développement.

Je vous remercie de votre attention.