viagracialis 20 mgviagra pharmacycheap levitra

Monaco at UN

viagrabuy cialisviagra saleslevitra online

English   

Discours

Intervention de la délégation monégasque sur les océans et le droit de la mer

Intervention de: Isabelle Picco, Représentant permanent adjoint

7 décembre 2006

Comme lors des sessions précédentes, La Principauté de Monaco coparraine les deux projets de résolution soumis à l'Assemblée générale. Ces textes s'étoffent au fil des années, témoins de l'attention accrue que les Etats membres portent à la question des océans et des mers.

La reconnaissance de l'importance biologique des océans qui recouvrent 70% de la surface de la terre et représentent 97% de ses ressources en eau et la reconnaissance de la fragilité des écosystèmes marins sont fondamentales et doivent guider toute action de recherche et de préservation du milieu marin.

S.A.S. le Prince Albert II a créé une Fondation pour l'environnement et le développement durable dont lun des champs d'intervention est la biodiversité. Un Comité scientifique et technique composé d'experts assure le choix des projets présentés dans les domaines de l'innovation technique, le développement d'activités, les biotechnologies, la recherche et les études.

Nous accueillons donc avec une particulière satisfaction le regroupement des dispositions relatives à la biodiversité marine sous un chapitre spécifique et étoffé du projet de résolution soumis à notre approbation.

Biodiversité marine

En effet, la réunion du Groupe de travail en février 2006 sur les questions relatives à la conservation et à l'exploitation durable de la biodiversité marine dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale a notamment mis en exergue la nécessité d'une coopération et d'une coordination accrues ainsi que l'importance des données scientifiques.

A l'occasion de la réunion du Groupe de travail en 2008 et sur la base du rapport du Secrétaire général qui sera préparé pour la prochaine session, il nous sera possible d'évaluer à nouveau lopportunité d'un instrument juridique sous l'égide de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer et qui serait spécifique à la conservation et à l'exploitation durable de la biodiversité marine dans les zones situées au-delà de la juridiction nationale.

Je me permets de rappeler à cette occasion que la Principauté poursuit ses actions en faveur de la diversité biologique marine méditerranéenne en participant activement à la gestion de l'Accord franco italo monégasque créant le sanctuaire "Pelagos" pour les mammifères marins, dont elle assure la présidence du Comité scientifique et technique. Cette vaste aire protégée est la seule aire transnationale qui, actuellement, recouvre une zone de haute mer.

La Principauté participe également depuis plusieurs années aux activités du Secrétariat du "Corredor biológico marino Pacifique Este tropical" qui regroupe le Costa Rica, Panama, la Colombie et l'Equateur et aux travaux du Comité technique où elle apporte son expertise en matière de gestion des aires marines protégées et de la biodiversité marine.

Cette coopération a notamment permis la tenue de la réunion du comité scientifique à Panama en août 2006 qui s'est penché sur l'écotourisme et la mise en place d'un réseau d'experts touristiques des quatre pays participant au "corredor".

Le Comité scientifique de l'Accord sur la conservation des cétacés de la mer Noire, de la Méditerranée et de la zone atlantique adjacente  ACCOBAMS- qui s'est réuni il y a un mois à Monaco, a décidé de soumettre à la IIIème Réunion des Parties qui se tiendra en 2007 en Croatie les propositions suivantes:

- des mesures visant à l'atténuation des nuisances sonores ;
- des actions de conservation pour les espèces en danger de la mer Noire et pour le dauphin commun de la Méditerranée ;
- des mesures d'atténuation des collisions entre les bateaux et les cétacés;
- ainsi que le renforcement d'un réseau de surveillance des échouages dans l'aire ACCOBAMS.

Par ailleurs les Etats Parties à l'ACCOBAMS ont décidé d'établir une base conjointe de données sur le suivi des cétacés avec la CIESM et PELAGOS dans le but de créer une synergie entre les actions de ces trois organisations.

OHI

Comme vous le savez, cette année a été célébrée la Première Journée Mondiale de l'Hydrographie. La coopération de l'Organisation hydrographique internationale (OHI) avec les Etats membres et les organisations du système onusien continue de se développer et nous nous en réjouissons. L'Assemblée générale souhaite voir s'intensifier l'action menée pour doter de capacités les pays en développement. Si le rôle de la cartographie marine est prépondérant pour l'industrie maritime en ce qui concerne la sécurité en mer, elle fournit aussi des données et des informations utiles à une exploitation durable de la pêche et à la protection de l'environnement marin.

En 2007, l'OHI envisage de retenir pour thème pour la Journée mondiale de l'hydrographie « Les cartes électroniques de navigation : un élément essentiel pour la sécurité et l'exploitation rationnelle de la mer ». Nous invitons les Etats à se rapprocher de cette institution pour faire de cette Journée un succès.

INDEMER

Depuis plus de 20 ans, l'Institut du droit économique de la mer INDEMER- consacre ses activités à une diffusion plus large de cette branche du droit. L'an prochain, il organisera à Paris un colloque sur le thème du « pavillon » et un autre à Monaco sur le « patrimoine maritime méditerranéen » où seront débattues les questions d'aménagement du littoral, de restauration de zones archéologiques côtières et la création de parcs naturels dans une perspective de développement durable.

Enfin, l'INDEMER accueillera une réunion d'experts gouvernementaux afin de poursuivre la mise en place de lignes directrices concernant l'impact environnemental de la navigation de plaisance en Méditerranée dans le cadre de la Convention de Barcelone et de ses Protocoles additionnels avec le soutien de la Division des affaires maritimes et du droit de la mer.

Pour conclure je souhaite remercier la Division des affaires maritimes et du droit de la mer ainsi que nos collègues Holly Koehler des Etats-Unis d'Amérique et Carlos Duarte du Brésil qui ont conduit les consultations sur les projets que nous allons adopter lesquels guideront nos travaux et ceux du Secrétariat dans l'année à venir.