English   

Discours

Intervention de Monsieur Gilles Tonelli, Conseiller de Gouvernement pour les Relations Extérieures et la coopération, lors du Débat général de la 70ème session de l'Assemblée générale

Intervention de: M. Gilles Tonelli

30 septembre 2015

Monsieur le Président,

La réussite et le succès du Sommet des Nations Unies consacré au programme de 2030 place le 70ème anniversaire de lOrganisation des Nations Unies sous le signe de la résolution commune pour affronter lors des quinze prochaines années les nombreux obstacles et les défis mondiaux qui entravent le développement durable pour tous.

Les Chefs d'Etat et de Gouvernement ont adopté un accord historique dont les objectifs visent à éliminer la pauvreté et à rendre à chaque individu sa dignité afin que, tous, puissent jouir de leurs droits et libertés fondamentaux.

Le vingt et unième siècle doit concilier les attentes des peuples, pour une justice sociale plus grande, une prospérité partagée et un environnement sain et respectueux des générations futures comme la souligné Sa Sainteté le Pape François devant cette Assemblée.

La multiplication du nombre de conflits et de crises et les millions de victimes qu'ils entraînent dans leurs sillages destructeurs renforcent encore davantage notre détermination à poursuivre la transformation des modèles existants dont l'ambition n'a d'égale que l'ampleur des défis.

Monsieur le Président,

Le drame qui perdure en Syrie et les méthodes barbares des groupes extrémistes qui ne cessent de se propager en Afrique de l'ouest et au Moyen-Orient nous emplissent dhorreur. Ils frappent aveuglement les minorités réligieuses et les populations civiles. Les femmes et les enfants en sont toujours les victimes les plus nombreuses.

De même, la communauté internationale ne saurait rester indifférente face à la destruction de notre patrimoine humain commun, tels les temples à Palmyre, symboles d'un Moyen-Orient berceau d'une culture plurimillénaire.

Nous soutenons donc avec force linitiative du Secrétaire général sur "Les droits de l'homme avant tout" ainsi que son effort pour élaborer un plan d'action relatif à la prévention contre l'extrémisme violent.

A cet égard, je rappelle que Monaco s'est porté co-auteur de la résolution 2178 du Conseil de sécurité sur les combattants étrangers et la lutte contre l'extrémisme violent. La Principauté met en Suvre les décisions du Conseil de sécurité en matière de gel de fonds et de sanctions économiques appliquées aux personnes affiliées à des réseaux terroristes. En outre, Monaco renforce également en ce moment son arsenal législatif dans le domaine de la sécurité intérieure et la Principauté participe activement à la lutte contre le blanchiment des capitaux provenant d'activités illicites.

Conscients de l'importance de la coopération entre l'ONU et les organisations régionales, Monaco continue d'apporter sa voix en faveur d'une solution pacifique à la crise en Ukraine. Il la fait au dernier trimestre 2014 lors de sa présidence du Forum pour la coopération en matière de sécurité de lOSCE et il sy tient encore aujourdhui en soutenant l'action menée par sa mission d'observation.

Le flux migratoire de ces derniers mois en Europe, sans précedent depuis la seconde guerre mondiale, et ses conséquences humanitaires désastreuses nécessitent une réponse multilatérale coordonnée. Le plan de l'Union européenne apporte à cet effet une réponse opportune.

Le principe de responsabilité de protéger, auquel souscrivait le Prince Albert II il y a 10 ans déjà à cette même tribune, doit constituer le fondement de notre action collective face aux génocides, nettoyages ethniques et autres crimes contre l'humanité.

La responsabilité première donnée par la Charte au Conseil de sécurité, en matière de maintien de la paix et de la sécurité internationales, me conduit à saluer l'initiative courageuse de la France qui appelle à la suspension volontaire et collective par les cinq membres permanents, du véto au Conseil de sécurité en cas datrocité de masse.

Je saisis loccasion qui mest donnée aujourdhui pour annoncer officiellement le soutien de Monaco à cette initiative ainsi qu'à celle du Groupe ACT de développer un « Code de conduite » qui sappliquerait à tous les Etats membres.

Nous exprimons ainsi notre reconnaissance à ceux qui promeuvent ces mesures concrètes et éthiques pour renforcer l'efficacité du Conseil de sécurité et rendre ses décisions plus convaincantes face à l'opinion publique.

Tous les efforts entrepris pour permettre des avancées sur la représentativité du Conseil de sécurité et de ses actions méritent dêtre soutenus. Le Gouvernement Princier accueille favorablement les évolutions récentes du processus de négociations intergouvernementales.

Monsieur le Président,

Dans un mois, nous célébrerons le quinzième anniversaire de la résolution 1325 du Conseil de sécurité sur les femmes, la paix et la sécurité, en découvrant les résultats de l'étude mondiale sur sa mise en Suvre.

Malheureusement nous sommes trop tristement familiers des conséquences dévastatrices des conflits pour les femmes qui en sont les premières victimes alors quelles nen sont pas les instigatrices. Avec les enfants, elles constituent aussi la majorité des populations réfugiées ou déplacées.

Convaincus de limportance dune pleine participation active des femmes, dans des conditions dégalité, à la prévention et au règlement des conflits ainsi quà lédification et au maintien de la paix, nous appelons donc à la mise en Suvre de mesures concrètes.

Monsieur le Président,

Les enjeux du premier sommet humanitaire voulu par le Secrétaire général sont, au vu de ces considérations, de première importance d'autant plus qu'à ces drames humains que j'évoquais, s'ajoutent les victimes du changement climatique, des catastrophes naturelles et des crises sanitaires.

Dans ce contexte, il appartiendra à la communauté internationale de définir un nouveau cadre de déploiement humanitaire à même de répondre aux besoins croissants et complexes qui se multiplient, den assurer le financement prévisible et de compléter lopération par un effort de planification de développement à long terme.

Les consultations régionales ont déjà mis en exergue les préoccupations des différents acteurs concernés; elles permettront notamment d'élaborer des réponses adéquates non seulement à la complexité des crises humanitaires mais aussi aux spécificités de chacune d'entre elles.

Monaco a pris une part active dans ces préparatifs conformément à son engagement tant dans le cadre de sa politique de coopération internationale que dans la grande mobilisation des ONG et de la Croix-Rouge monégasque.

L'ampleur de l'épidémie d'infection à virus Ebola a, de surcroît, mis en évidence l'absolue nécessité de construire des systèmes de santé efficaces, durables et capables de faire face à des situations extraordinaires. A cet égard, Monaco a déjà exprimé son soutien à la réforme engagée dans ce but par l'OMS.

Monsieur le Président,

Le Programme daction dAddis-Abeba a été élaboré pour permettre la mise en Suvre du Programme de développement durable à l'horizon 2030, de ses 17 Objectifs et de ses 169 cibles, dans la perspective dune transformation effective de nos modes de vie.

Le mécanisme de facilitation de la technologie qui a été lancé lors du Sommet traduit bien l'esprit de collaboration entre tous les acteurs du développement au profit des pays en développement. Il témoigne également de la volonté de la communauté internationale de renforcer leurs capacités de manière concrète.

Ces efforts ne sauront toutefois aboutir sans un accord ambitieux, universel et contraignant permettant de lutter efficacement contre les changements climatiques et dimpulser la transition vers des sociétés et des économies résilientes et sobres en carbone.

La Principauté est convaincue que la COP21 de Paris sinscrira dans cette dynamique afin daboutir à un accord global pour le climat, condition sine qua non à la pleine mise en Suvre du programme de développement durable à lhorizon 2030.

C'est pourquoi, le Prince Albert II a engagé la Principauté à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 50% à lhorizon 2030 par rapport à 1990 et a renouvelé Son engagement à atteindre la neutralité carbone dici 2050. En se fixant un tel objectif, la Principauté marque sa volonté de prendre pleinement part à leffort collectif nécessaire pour faire face à lun des plus grands défis de lhumanité.

Malgré sa faible responsabilité dans les émissions globales, Monaco continuera de promouvoir des modes de déplacements et de consommation énergétique innovants ainsi quune planification urbaine aussi verte que possible.

Monsieur le Président,

Je ne saurai prendre en compte les enjeux du changement climatique sans faire état de la situation des océans qui jouent un rôle central en tant que régulateur du climat mondial. C'est la raison qui a conduit la Principauté à appuyer la Plateforme Océan-Climat 2015 de la Commission océanographique internationale de l'UNESCO.

Monaco se félicite en effet que les océans et les mers soient partie intégrante du Programme de développement durable, ce qui renforce la mise en Suvre de la Convention des Nations Unies sur le droit la mer, véritable Constitution des océans.

C'est le sens de l'engagement personnel du Prince Albert II, de Son leadership et de l'action menée par Son Gouvernement en faveur de mers et docéans sains et productifs.

Afin de sassurer de la mise en Suvre effective de lODD 14, Monaco soutient la proposition de convoquer des conférences triennales à partir de 2017.

Pour les petits Etats insulaires en développement, lOcéan nest pas seulement source de bénéfices économiques et sociaux mais une partie intégrante de leur identité. Cest pour cela que la Principauté a multiplié sa coopération en faveur de ladaptation au changement climatique, de la préservation de la biodiversité, de laccès à leau, du développement du tourisme durable et du renforcement des capacités.

Enfin, je saisis cette occasion pour rappeler que Monaco a proposé depuis plusieurs années daccroître la protection des mammifères marins des menaces croissantes causées par lhomme. Nous espérons que cette proposition soit reprise dans la résolution omnibus sur les océans de la présente session.

Monsieur le Président,

En 70 ans, lOrganisation des Nations Unies s'est employée à honorer les buts conférés par la Charte. Elle n'a eu de cesse de devoir s'adapter aux défis émergents qui ont transformé le monde qu'elle a connu depuis sa création.

La volonté politique qui a présidé à la tenue du Sommet des Nations Unies sur le développement durable nous a encouragés à renforcer davantage lOrganisation en lui donnant les moyens de poursuivre son noble mandat. Elle a de ce fait réaffirmé la légitimité des valeurs et principes de la Charte des Nations Unies dans le monde d'aujourd'hui.

La Principauté de Monaco en demeure plus que jamais convaincue et elle continuera dapporter sa contribution, certes modeste mais avec une grande détermination, à lédification dun monde meilleur dans le respect de nos différences.

Je vous remercie de votre attention.