English   

Discours

Intervention de S.E.Mme Picco - commémoration du 20ème anniversaire de l'entrée en vigueur de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer

Intervention de: S. E. Mme Isabelle Picco

9 juin 2014

Monsieur le Président,

Ma délégation a le plaisir de participer à la célébration du vingtième anniversaire de lentrée en vigueur de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer.

Je saisis cette occasion pour vous féliciter pour votre élection qui honore le rôle de votre pays, lAfrique du Sud dans les questions relatives aux océans et au droit de la mer.

Alors que nous sommes encore témoins de nombreux conflits de par le monde, cette célébration nous permet de rappeler limportante contribution de la Convention à la paix et la sécurité internationales.

Je tiens particulièrement à saluer et rendre hommage au travail accompli par le Tribunal international du droit de la mer, lAutorité internationale des fonds marins et la Commission des limites du plateau continentale.

Monsieur le Président,

Si la Convention offre le cadre juridique dans lequel doivent sinscrire toutes les activités intéressant les mers et les océans, je souhaite aujourdhui souligner son rôle dans la promotion du développement et du transfert des techniques marines. Il est particulièrement important pour les pays en développement de bénéficier pleinement de la mise en Suvre effective de la Convention, en vue daccélérer leur progrès social et économique, en ce qui concerne l'exploration, l'exploitation, la conservation et la gestion des ressources de la mer, ainsi que la protection et la préservation du milieu marin, la recherche scientifique marine et toute autre activité s'exerçant dans le milieu marin

Or, en dépit du caractère visionnaire de la Convention, il est des aspects que ses pères fondateurs ne pouvaient connaître lorsquelle fut négociée et ouverte à la signature, il y a plus de trente ans, notamment du fait des progrès de la science et de la technique qui ouvrent des perspectives aussi vastes que méconnues.

Il est donc primordial de sappuyer sur les avancées scientifiques pour acquérir la meilleur connaissance possible du milieu marin afin de garantir la protection et la préservation de toutes ses ressources.

Lavenir de notre planète est intrinsèquement lié à la santé des océans et des mers. Cest la raison pour laquelle, en septembre dernier, S. A. S. le Prince Albert II avait réitéré son soutien en faveur de la promotion du rôle docéans et de mers sains et productifs dans le programme de développement de laprès 2015 et que ma délégation continuera de sengager en ce sens.

Je rappelle que la Principauté avait adopté, sur la base de la Convention, un Code de la mer afin que tous les aspects relatifs aux océans et aux mers soient traités rigoureusement sous un seul cadre en Principauté.

Je vous remercie.