viagracialis 20 mgviagra pharmacycheap levitra

Monaco at UN

viagrabuy cialisviagra saleslevitra online

English   

Discours

Intervention prononcée lors de la Réunion de haut niveau de l'Assemblée générale sur la jeunesse

Intervention de: Mlle Fanny Hermenier

26 juillet 2011

Monsieur le Président,
Excellences,
Mesdames, Messieurs,


Laissez-moi tout d'abord, adresser mes plus sincères condoléances et ma sympathie au peuple et au gouvernement norvégien pour la tragédie dont ils ont été victimes. Je souhaiterais ensuite remercier l'Assemblée Générale des Nations Unies et le Gouvernement de la Principauté de Monaco de m'offrir cette opportunité unique de m'exprimer devant vous aujourd'hui et la possibilité de dialoguer avec des jeunes venus de toutes les régions du monde.

Le document final que nous nous apprêtons à adopter marque une étape décisive vers une meilleure prise en considération, par chacun des Etats membres, de la place centrale que doivent occuper les jeunes dans la réalisation des objectifs de l'Organisation des Nations Unies, tant au niveau national qu'international.

Georges BERNANOS a écrit : « C'est la fièvre de la jeunesse qui maintient le reste du monde à la température normale. Quand la jeunesse se refroidit, le reste du monde claque des dents ».

C'est cette jeunesse fiévreuse, assoiffée de démocratie, de droits de l'homme, et de justice, qui a permis d'ouvrir la voie à la mise en place de nouveaux régimes. En effet, le « printemps arabe » n'aurait pu voir le jour sans cette jeunesse, dont le rôle primordial a été largement salué et souligné. Ces mouvements et contestations reflètent également la ferme volonté de la jeunesse de participer activement à tous les niveaux de prise de décision, afin d'être impliquée dans le changement en faveur d'une société moderne et démocratique.

Par ailleurs, les jeunes ont également un rôle moteur à jouer au sein des Organisations internationales afin que les décisions qui y sont prises tiennent compte de leurs points de vue, notamment dans le cadre de la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le Développement qui appelle un effort commun dont la jeunesse ne peut être exclue.

Mon pays, comme d'autres, Suvre à réduire les disparités et les inégalités entre les jeunes des différentes régions du monde par le biais de son Aide au Développement. La Coopération monégasque agit ainsi en faveur de l'accès à l'éducation pour tous, sans aucune discrimination, que ce soit par le financement de Centres de lecture et d'animation culturelle, ou par des programmes éducatifs en faveur de jeunes défavorisés des bidonvilles et d'enfants réfugiés.

En outre, la Principauté a développé des partenariats d'échanges d'étudiants afin que des jeunes de pays en développement puissent venir se former dans les établissements monégasques, dans le but de favoriser un transfert et une mise en commun des connaissances, ainsi qu'un rapprochement de jeunes issus de cultures différentes.

La santé et la lutte contre la malnutrition font partie des préoccupations qu'il convient de considérer comme primordiales pour le bien être futur de la société et des générations qui nous succèderont. Il est absolument intolérable qu'aujourd'hui encore, des enfants et des jeunes meurent chaque jour de faim et de maladies curables car ils n'ont pas accès aux soins et aux traitements. C'est une des raisons pour lesquelles la Coopération monégasque a fait de la santé un objectif d'intervention prioritaire.

Enfin, je souhaiterais souligner que les droits des enfants et des jeunes ne doivent pas être des droits de l'homme au rabais. Les enfants et les jeunes sont par définition des populations plus vulnérables et sont trop souvent des victimes silencieuses de violences graves. A ce titre, les Etats se doivent de respecter les engagements qu'ils ont pris dans les instances internationales et régionales. La Principauté de Monaco accueillera les 20 et 21 novembre prochains, la Conférence « Construire une Europe pour et avec les enfants », placée sous l'égide du Conseil de l'Europe, et dont les discussions auxquelles seront associés des enfants, porteront principalement sur la définition d'une nouvelle stratégie européenne des Droits de l'Enfant.

Monsieur le Président,

Notre jeune âge ne nous dispense en rien de voir la réalité du monde dans lequel nous vivons dans ses aspects les plus choquants, cruels, et injustes. Nous sommes la génération de l'Internet. Grâce aux réseaux sociaux, aux blogs et aux communautés virtuelles, nous connaissons les injustices, la détresse et la déchéance auxquelles doivent faire face ceux de notre génération, parfois très éloignés de nous et de nos préoccupations quotidiennes. Nous devons prendre conscience de cette interdépendance irréversible, et ainsi développer le dialogue entre les cultures.

Je vous remercie de votre attention.