sildenafil citrate 100mg cialis maximum dosage can you buy cialis in mexico cialis levitra viagra cialis from canada viagra interactions where to buy cialis in australia generic viagra risks sildenafil genfar sildenafil generic canada cialis 10mg directions tadalafil jelly viagra super active reviews viagra 50mg cost buy viagra in us buy viagra without a prescription cialis pro review pfizer viagra generic cialis questions tadalafil mechanism of action generic viagra no prescription canada generic viagra safety generic cialis usa cialis tolerance generic cialis in india generic viagra vs viagra viagra soft tabs 100mg generic viagra mexico viagra dosage instructions buy viagra in london cialis low dose viagra generic equivalent sildenafil viagra buy cialis online now levitra results order viagra cheap generic levitra professional viagra how long does it last vardenafil half life us pharmacy online viagra cialis cost walmart cialis 20mg review buy viagra united states generic viagra cialis levitra viagra kidney tadalafil package insert viagra gum viagra history cialis india generic viagra legal does generic cialis exist cialis for sale where to buy cialis in bangkok cialis super active reviews buy viagra in korea how can i buy cialis without a prescription is it illegal to order viagra online buy cialis online usa buy viagra in uk cialis for sale in uk

Monaco at UN

cialis price cvs canadian pharmacy viagra online tadalafil how to use levitra kaufen online pharmacy levitra viagra price in australia buy viagra online without prescription generic viagra dosage cialis professional uk levitra lasts viagra soft pills pfizer viagra instructions generic viagra us generic levitra professional viagra headache cure buy levitra 20 mg viagra quick tabs generic tadalafil vs cialis levitra under tongue how long does cialis 20mg last buy viagra high street cialis 20 mg vs 10 mg viagra kills buy viagra in store sildenafil gel levitra buy online buy viagra toronto viagra pro online generic viagra price viagra effects on young men buy tadalafil without prescription buy viagra perth generic viagra walmart vardenafil alcohol cialis price costco where can i buy viagra in sydney generic viagra discussion viagra 100 mg dose cialis professional online buy viagra fast buy viagra montreal generic viagra with paypal buy viagra in japan generic cialis review levitra faq tadalafil molecular weight cialis online prescription sildenafil hypotension cialis rash levitra and alcohol cialis cost comparison tadalafil online pharmacy cialis not effective viagra for sale boots generic viagra over the counter cialis effects buy cialis in canada sildenafil and nitrates vardenafil generico brand cialis without prescription

English   

Discours

Intervention de S.E.Mme Isabelle Picco sur le Point 74 intitulé "Les océans et le droit de la mer"

7 décembre 2010

Monsieur le Président,

Permettez-moi en premier lieu de remercier les délégations du Brésil et des Etats-Unis d'Amérique pour leur leadership dans la préparation des deux projets de résolution qui seront soumis au vote de l'Assemblée à l'issue de nos débats et dont Monaco est coparrain.

L'exercice annuel auquel nous nous livrons nous confronte à nouveau aux nombreux défis que la communauté internationale dans son ensemble et dans un élan de solidarité renforcé doit affronter afin que « les ressources et les possibilités d'utilisation des mers et des océans soient gérées et exploitées de façon durablement viable » (A/65/L.20, PP5).

Monsieur le Président,

En ce qui concerne la viabilité des pêches, je souhaiterais insister sur les éléments du projet de résolution qui se réfèrent au Document final de reprise de la Conférence d'examen de l'Accord des Nations Unies sur les stocks de poissons adopté en juin dernier et, en particulier, le rôle des organisations régionales de pêches (RFMO) afin qu'elles s'engagent à prendre de toute urgence des mesures de conservation efficaces.

Sans sous-estimer les difficultés socio-économiques qui se posent aux Gouvernements lorsqu'ils s'engagent à réduire les quotas de pêches, la pérennité des stocks, voire la survie de certaines espèces, exige des mesures drastiques de réduction des prises.

Nous demeurons préoccupés par la préservation du thon rouge (Bluefin Tuna) en dépit d'une prise de conscience certaine et de la décision de renforcer les mesures de contrôle et attendons avec intérêt, avant 2012, les conclusions des études de performance indépendantes sur l'efficacité des organisations régionales de gestion des pêches.

D'autre part, la pêche illicite, non déclarée et non réglementée (IUU Fishing) continue de poser un grave danger. Elle aggrave l'appauvrissement des stocks de poissons, met en péril la viabilité des ressources, détruit les habitats marins et crée une concurrence déloyale pour les pêcheurs agissant dans la légalité et menace la survie des communautés côtières dans les pays en développement.

Monsieur le Président,

Nous remercions la Division des affaires maritimes et du droit de la mer pour la préparation du rapport du Secrétaire général et de ses Addenda, base indispensable de nos délibérations.

Je voudrais mettre en exergue un aspect commun à ces documents de référence ainsi qu'aux recommandations du Groupe de travail spécial officieux à composition non limitée, aux rapports sur les travaux du Processus consultatif et à ceux du Mécanisme. Je veux parler ici d'un thème récurrent d'une importance particulière : le renforcement des capacités.

Sans renforcement des capacités, nous n'atteindrons pas la mise en Suvre adéquate de la Convention des Nations Unies sur le droit de la mer et donc de l'ordre juridique que nous avons défini afin d'organiser les communications internationales et favoriser les utilisations pacifiques des mers et des océans, l'utilisation équitable et efficace de leurs ressources, la conservation de leurs ressources biologiques et l'étude, la protection et la préservation du milieu marin.

Or, comme l'a rappelé Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II dans Son message pour la Journée Mondiale des Océans le 8 juin dernier, notre existence même est liée aux océans et d'eux dépendent aussi la sécurité alimentaire, la santé, le climat et les moyens de subsistance de nombreux Etats.

Monaco soutient pleinement la nécessité de renforcer la gouvernance internationale des océans et de leurs ressources et participe activement à la préparation de la Conférence des Nations Unies sur le développement durable afin que les opportunités qu'offre l'économie verte dans le cadre du développement durable s'appliquent à la gestion et à la conservation des mers et des océans.

Les travaux de la treizième réunion du Processus consultatif qui porteront sur les énergies marines renouvelables seront une contribution importante aux préparatifs de Rio+20.

Parmi les facteurs qui contribuent à la perte de la biodiversité, je souhaite souligner un phénomène qui, s'il ne fait pas l'objet de controverse, ne recueille cependant pas encore suffisamment l'attention des décideurs : l'acidification des océans.

Comme le mentionne le rapport du Secrétaire général, le Laboratoire d'étude du milieu marin de l'AIEA a organisé du 16 au 18 novembre 2010, en partenariat avec le Centre Scientifique de Monaco un atelier international sur les conséquences écologiques et économiques de l'acidification des océans.

Il ressort notamment de ces travaux que l'acidification des océans, « dangereux jumeau du changement climatique », se développe rapidement en particulier dans les zones polaires, les tropiques, les estuaires et les zones de remontée d'eaux froides profondes vers les plateaux continentaux et les zones proches du rivage (upwellings).

Des écosystèmes majeurs sont atteints dont les récifs coralliens auxquels Monaco attache une attention particulière. Si la perte de biodiversité est difficilement quantifiable d'un point de vue économique, il n'en demeure pas moins que les secteurs de la pêche dont l'industrie ostréicole (aquaculture) et du tourisme sont menacés dans de nombreux pays.

A plus long terme le maintien des ressources halieutiques en raison du risque encouru par les écosystèmes océaniques et la diversité de la chaîne alimentaire se trouvent également affectés.

Nous nous félicitons que les pertes de biodiversité marine aient retenu l'attention des participants à la réunion de Nagoya en octobre dernier et que les dangers de l'acidification des océans aient fait l'objet d'une attention particulière à Cancun par la présentation du rapport du PNUE.

Monsieur le Président,

La Méditerranée qui est la mer fermée la plus vaste du monde représente 6% de la diversité marine mondiale pour seulement 0,82% de la surface globale des mers et des océans et 0, 32% de son volume. Elle accueille de surcroît, 22% des baleines recensées dans le monde.

La création de zones marines protégées y compris la création de réseaux représentatifs d'ici 2012, objectif du Sommet mondial pour le développement durable, est essentielle pour la mise en Suvre d'approches ecosystémiques.

En février 2011, la Principauté accueillera la seconde édition de la Monaco Blue Initiative et concentrera ses efforts sur les zones marines protégées (MPA), outils de protection de la biodiversité marine, comme le Sanctuaire Pelagos, pour les mammifères marins de Méditerranée.

Pour célébrer son 100ème anniversaire, le Musée Océanographique de Monaco dédie une exposition à la Méditerranée « splendide, fragile, vivante ». Inaugurant cette exposition, Son Altesse Sérénissime le Prince Albert II a déclaré : « on ne protège que ce que l'on aime ».

Je ne saurais mieux décrire l'attachement historique de la Principauté de Monaco à la protection des océans et des mers.