English   

Discours

Intervention de S.E. Mme Isabelle Picco, Ambassadeur, Représentant permanent, sur le thème de la sécurité humaine


21 mai 2010

Point 33 : Suivi des textes issus du Sommet du Millénaire : rapport du Secrétaire général (A/64/701)


Madame le Président,

Depuis la tenue, en mai 2008, du débat thématique de l'Assemblée générale sur la question de la sécurité humaine, la délégation monégasque ne peut que constater, pour s'en féliciter, l'important soutien qu'ont apporté les Etats membres à la promotion de ce concept.

Les avancées importantes de la notion de sécurité humaine répond à l'appel des Chefs d'Etat et de Gouvernement qui s'étaient engagés lors du Sommet de 2005 et traduit la nécessité de faire face, ensemble et de façon concrète, aux nombreuses crises qui, ainsi que le rappelle le Secrétaire général dans son rapport, nous ont tous récemment affectés.

A l'heure où nous nous apprêtons à examiner la mise en Suvre des Objectifs du Millénaire pour le développement, la cause des êtres humains qui tous ont le droit de vivre libres et dans la dignité, à l'abri de la pauvreté et du désespoir, de la peur et du besoin, est au coeur de nos priorités. Il apparaît donc opportun de poursuivre nos efforts en faveur de la sécurité humaine afin d'apporter des réponses adéquates à des situations ciblées.

Madame le Président,

Ce premier rapport du Secrétaire général revêt une signification toute particulière en ce qu'il rappelle l'évolution de ce concept qui est au centre des principes, des activités et des priorités de notre Organisation en ce début de XXIème siècle.

En effet, nous oeuvrons pour que toutes les personnes, et en particulier les plus vulnérables, aient la possibilité de jouir de tous leurs droits et de développer pleinement leurs potentialités dans des conditions d'égalité.

A la lumière des crises que nous traversons depuis 2008, à commencer par l'augmentation des prix des produits alimentaires et du pétrole, des problèmes économiques et financiers, des situations de conflits, des changements climatiques et des catastrophes naturelles, de la propagation des maladies infectieuses et autres risques sanitaires, nous savons que les menaces de notre époque sont interdépendantes et qu'elles ne s'arrêtent pas à nos frontières. Il nous faut donc leur apporter une réponse intégrée et coordonnée.

Pour y parvenir, il incombe à chaque Gouvernement de disposer d'institutions solides, de favoriser un développement social équitable. Chaque Etat doit promouvoir et faire respecter l'état de droit qui permet de garantir la paix et la sécurité à ses citoyens. La promotion de valeurs que nous partageons tous au sein de l'agenda international ne peut que renforcer nos capacités et contribuer à la réalisation de nos objectifs communs.

L'adoption d'une approche globale fondée sur une dimension élargie de la sécurité humaine permet, d'une part, de développer des mécanismes de réponses aux menaces émergentes. Elle permet, d'autre part, de prévenir des situations dangereuses pour les populations civiles, d'appuyer des systèmes d'alerte précoce susceptibles de réduire leur impact et d'identifier leurs causes profondes. C'est dans ce sens que le Gouvernement Princier reconnaît l'importance de la promotion de sécurité humaine, qui apporte indubitablement une valeur ajoutée à nos travaux.

Madame le Président,

Le Gouvernement Princier qui a toujours élaboré ses politiques de coopération internationale centrées sur la personne, en visant l'amélioration des conditions de vie et de développement, notamment des plus vulnérables, femmes, enfants et personnes handicapées, tient donc ici à ajouter sa voix à ceux qui, nombreux, sont bien décidés à promouvoir et renforcer la sécurité humaine.