viagracialis 20 mgviagra pharmacycheap levitra

Monaco at UN

viagrabuy cialisviagra saleslevitra online

English   

Discours

Dialogue interactif de l'Assemblée générale sur l'eau - Décennie internationale d'action sur le thème "L'eau, source de vie" (2005-2015)

22 mars 2010

Cinq années nous séparent de l'échéance fixée en 2000 par les Chefs d'Etats et de Gouvernement qui avaient notamment, pris l'engagement de réduire de moitié d'ici à 2015 le nombre de personnes n'ayant pas accès durable à l'eau potable et à des services d'assainissement de base, défini comme l'Objectif du Millénaire (OMD) 7.

Les progrès timides en vue de réduire le pourcentage de personnes n'ayant pas accès à de l'eau salubre sont ternis par l'absence de progrès en matière d'assainissement ; tel est le décevant constat du Secrétaire général au seuil de la phase d'évaluation des OMD, qui se tiendra en septembre prochain. 1,1 milliard de personnes, soit 18% de la population mondiale, n'ont pas accès à l'eau potable et environ 2,6 milliards de personnes, soit 42% de la population mondiale, n'ont pas accès aux services d'assainissement de base.

Elément indissociable de la survie de l'humanité, la question de l'eau est aussi liée à la l'élimination de la pauvreté, à l'amélioration de la santé maternelle et infantile, à la sécurité alimentaire, à l'autonomisation des femmes et en quelque sorte aux aspirations plus larges issues de la Déclaration du Millénaire et à la promotion des droits humains en général. Comme le déclare le Secrétaire général, le fait que l'eau insalubre tue plus d'être humains que toutes les formes de violence, y compris la guerre interpelle notre conscience et doit guider nos politiques.

Et pourtant, nos modes de production et de consommation la menacent. La population mondiale augmente avec ses besoins croissants d'eau douce pour l'agriculture, les usages ménagers, l'industrie et l'énergie. Dans certaines régions du monde, l'eau est devenue un tel enjeu pour les populations, souvent source de conflits, qu'il nous incombe de penser « l'eau » en termes de sécurité.

Le rejet des eaux usées, non traitées, dans les bassins hydrographiques aggravent la pollution de l'eau. En outre, les effets des changements climatiques fragilisent davantage les écosystèmes dont nous dépendons. Sécheresses, inondations, catastrophes naturelles plus fréquentes& L'eau indubitablement se place au coeur des politiques d'adaptation mais aussi d'atténuation qui doivent être élaborées de toute urgence.

S.A.S. le Prince de Monaco S'investit personnellement comme en a récemment témoigné Sa participation au Vème Forum mondial sur l'eau, à Istanbul ainsi que les activités de préservation de l'eau entreprises par Sa Fondation consacrée à l'eau, à la biodiversité et au changement climatique. Son Gouvernement s'emploie à mettre en oeuvre cette politique volontariste.

La Principauté, consciente des pénuries d'eau dans la région méditerranéenne où elle s'investit auprès de ses partenaires euro-méditerranéens afin que soit adoptée, cette année, une Stratégie méditerranéenne de l'eau. En outre, Monaco s'est engagé dans une campagne de diminution de consommation d'eau potable pour certains usages comme la réutilisation de l'eau de certains vallons pour l'arrosage d'espaces verts ou le nettoyage des voieries. L'usage de l'eau public est contrôlé et des lois permettent de sanctionner toutes pollutions du milieu naturel et de l'eau.

A cette fin, la Principauté mène des programmes de sensibilisation aux économies d'eau auprès des différents secteurs de la société notamment à l'occasion de cette Journée internationale de l'eau et investit dans la recherche et la mise en Suvre de solutions alternatives.

En 2009, des travaux importants ont été réalisés en vue d'améliorer les performances de l'usine de traitement des eaux, d'optimiser le fonctionnement du réseau de collecte des eaux usées et d'améliorer le traitement des eaux résiduaires. En outre, des études ont été menées aux fins de réutiliser les eaux en sortie de station.

La Principauté place la question de l'eau au centre des priorités de l'agenda du développement durable et de sa politique de coopération internationale dont l'objectif principal est de lutter contre la pauvreté.

La Principauté de Monaco, déterminée à agir en partenaire responsable, ne peut qu'appuyer les efforts de l'ONU-eau car seule une approche cohérente et coordonnée peut nous permettre de relever les défis mondiaux liés à l'eau. Elle tient à souligner la précieuse contribution du Programme mondial pour l'évaluation des ressources en eau et du Programme conjoint OMS/UNICEF de surveillance de l'eau à cette fin.

Le succès de l'Année internationale de l'assainissement, célébrée en 2008, doit encourager la communauté internationale à poursuivre de manière plus efficace ses objectifs en établissant notamment des partenariats et en élargissant le débat de l'assainissement aux questions de transferts de technologies, d'épuration et de recyclage comme le préconise le Secrétaire général dans son rapport.

C'est dans cette perspective que la Principauté de Monaco soutient la Décennie internationale d'action «L'eau, source de vie» qui promeut la réalisation des objectifs relatifs aux ressources en eau, à tous les niveaux, et l'exécution de programmes relatifs à l'eau, convenus au niveau international énoncés dans Action 21, la Déclaration du Millénaire et le Plan de mise en Suvre de Johannesburg. Dans le cadre de cette Décennie d'action, elle se réjouit qu'une attention particulière soit accordée à la participation des femmes aux activités de développement liées à l'eau.

Les efforts de la Coopération internationale monégasque promeuvent un développement durable centré sur la personne et s'inscrivent dans deux types d'intervention liées à l'eau dans le continent africain plus durement affecté par les pénuries en eau, et en particulier dans les régions rurales.

D'une part, les actions du Gouvernement Princier, en collaboration avec les Gouvernements nationaux et les associations locales visent à approvisionner en eau potable et améliorer ou assurer l'assainissement et l'hygiène de nombreuses localités. De la mise en place de services de collecte d'ordures, de systèmes de drainage des eaux pluviales, d'aménagement de forages, d'installations de latrines à la réhabilitation de puits, ces activités concrètes permettent à des milliers de personnes dans des villages ruraux, dans des centres de santé ou encore des écoles de vivre mieux.

D'autre part, le Gouvernement monégasque s'emploie à promouvoir l'irrigation des cultures et préserver les espaces naturels. Ainsi, en aménageant des terres dégradées Monaco contribue à lutter contre la désertification et à développer des cultures vivrières, sources d'importants revenus pour les populations locales. En Afrique du Nord plus particulièrement, c'est en réhabilitant des palmeraies, qui jouent un rôle social, économique et écologique majeur, que nous contribuons à combattre la désertification.