viagracialis 20 mgviagra pharmacycheap levitra

Monaco at UN

viagrabuy cialisviagra saleslevitra online

English   

Discours

Intervention sur le point 69 « Promotion et protection des droits de l'homme b) Questions relatives aux droits de l'homme, y compris les divers moyens de mieux assurer l'exercice effectif des droits de l'homme et des libertés fondamentales »

28 octobre 2009

Intervention de: S.E.Mme Isabelle Picco, Ambassadeur, Représentant permanent

Monsieur le Président,

Ma délégation prend la parole pour la première fois sur ce point de l'ordre du jour de nos travaux de cette Commission en vue d'affirmer, avec conviction, sa détermination à défendre le droit à l'alimentation et à la sécurité alimentaire. Cette volonté se concrétisera en apportant son soutien à la résolution intitulée « le droit à l'alimentation ».

A la veille de l'examen des Objectifs du Millénaire pour le Développement, un triste record historique a été franchi : plus d'un milliard d'êtres humains, soit un habitant sur six, souffre de malnutrition ou de graves carences alimentaires alors que la production céréalière, par exemple, n'a jamais été aussi importante. En deux ans, leur nombre a augmenté de 200 millions, nous éloignant de notre promesse promulguée en 2000, de diviser le nombre de personnes souffrant de malnutrition par deux d'ici à 2015.

Les crises multidimensionnelles qui ont sévi ces deux dernières années ont mis en exergue la nécessité de concentrer nos efforts sur l'agriculture en lui reconnaissant son rôle central pour la sécurité alimentaire.

Ma délégation soutient les recommandations du Rapporteur spécial sur le droit à l'alimentation, M. Olivier de Schutter, qui préconise au-delà des politiques visant à assurer des niveaux de production alimentaire suffisants, d'inscrire ces dernières dans la durabilité, de prendre en compte les réalités locales et de promouvoir les semences traditionnelles.

Les changements climatiques, les fluctuations des prix alimentaires ou pétroliers, l'accès à l'eau et aux marchés exacerbent les défis auxquels sont déjà confrontés les petits agriculteurs typiques, qui sont le plus souvent des femmes habitant en zone rurale.

Monsieur le Président,

Le Gouvernement Princier contribue à la sécurité alimentaire et à lutte contre la malnutrition dans le cadre de sa politique de Coopération internationale au développement, notamment en Afrique, par la mise en Suvre de projets au niveau multi et bilatéral.

Ainsi, dans le domaine de la lutte contre la malnutrition, 150.000 enfants bénéficient chaque année de programmes de lutte contre la malnutrition. La construction de cantines scolaire dans des villages, ainsi que la mise en place d'activités d'arboriculture fruitière et de maraîchage ont permis d'enregistrer des résultats encourageants. Ces programmes favorisent le recul de l'apparition de maladies comme le noma, la diminution de pathologies liées aux carences protéiques et contribuent fortement à diminuer la mortalité infantile.

Auprès des femmes, ces mesures se sont traduites par une baisse de la mortalité néonatale et infantile et une amélioration générale des soins de santé liés notamment à la grossesse. Récemment, le Gouvernement Princier s'est conjointement engagé auprès du Fonds des Nations Unies pour la Population et du Programme Alimentaire Mondial en vue de réduire la vulnérabilité des femmes en âge de procréer incluant les femmes enceintes, allaitant et les enfants de 6-24 mois dans le contexte alarmant de la crise alimentaire récurrente en Afrique.

Monsieur le Président,

L'élan politique dont a bénéficié la question de la sécurité alimentaire depuis la tenue du Sommet du G8 de l'Aquila a consolidé une approche intégrée et coordonnée, avec le concours de tous les partenaires, qui doit permettre d'assurer la formation et l'autonomisation des populations. Nous espérons que le prochain Sommet mondial sur la sécurité alimentaire qui se tiendra du 16 au 18 novembre 2009, à Rome, sera en mesure de revitaliser le secteur agricole dans les pays en développement en vue d'assurer le droit à l'alimentation de l'humanité, à travers la pérennisation d'un modèle économique plus dynamique.

Je vous remercie.